Partager en un clic seulement

Bonjour chers tous,

Organisé par la chambre de commerce allemande, le séminaire a été présidé par un coach très bien expérimenté en la matière. J’aurai bien aimé jouir de mon weekend bien mérité après une longue semaine de travail, mais vu l’importance que j’accorde à la formation j’ai jugé bon de ne pas rater l’occasion. Cela m’a apporté un plus, que je tiens à partager avec vous.

Dans ce séminaire, il était question de revoir la croyance selon laquelle, un financement est la base de création d’une entreprise ou d’un business. Il y a de cela quelques années j’avais aussi la même croyance, jusqu’au moment où j’ai découvert que la majorité des entreprises allemandes sont des entreprises familiales bâties sur plusieurs générations, qui ont démarré leurs activités sans aucun financement extérieur. Malgré cela, plusieurs décennies après, ces entreprises se sont développées en multinationales, certaines d’entre elles interviennent même sur plusieurs continents.

L’une des raisons pour lesquelles je tiens à partager cette expérience ici est la suivante. À la question suivante, posée avant l’adhésion à mon groupe Facebook (Entrepreneuriat Afrique Allemagne), “Êtes-vous entrepreneur ou sur le point de le devenir?”, la majorité des membres répondent “j’attends un financement pour démarrer”. Je trouve personnellement cette façon de penser fatale, car c’est une manière d’hypothéquer sa vie en attendant que quelqu’un d’autre vienne nous délivrer. Avoir un financement externe est un paramètre que nous ne pouvons pas contrôler, mais par contre commencer une activité, même à un niveau très bas et avec très peu de moyens, est dans notre champ de contrôle.

De l’idée à l’offre

write idea

Les grandes entreprises ont démarré par une bonne idée et non pas par un financement. Cette croyance qui consiste à attendre le financement nous empêche de voir les bonnes idées et les opportunités de business qui nous sont offertes dans notre vie quotidienne. Beaucoup se demande certainement, comment trouver la bonne idée? La réponse à cette question est le résumé du séminaire que je tenais à partager avec vous.

Voici les trois étapes qui aident à trouver une bonne idée de business:

  • Etat initial (Statu quo)

Que cela soit dans votre famille, votre ville ou votre pays, chaque individu a actuellement:

  1. Un certains nombres de problèmes qu’il aimerait régler. Par exemple: Comment bien gérer ses dépenses et recettes?
  2. Des souhaits qu’il aimerait voir se réaliser. Par exemple: vendre plus de produits, que ses concurrents.
  3. Un but qu’il aimerait atteindre. Par exemple: perdre du poids et se sentir en pleine forme.

Toutes ces personnes sont actuellement dans un état qu’elles aimeraient quitter pour passer à un état qu’elles souhaitent atteindre. Ils sont donc à la recherche d’une solution pouvant leur permettre ce changement d’état.

  • Etat final (état souhaité)

C’est l’état que ces personnes précitées aimeraient bien atteindre. Cet état est un état de satisfaction. Soit parce qu’il nous procure une certaine joie ou aisance, comme l’achat d’une nouvelle voiture ou de nouvelles chaussures. Soit parce qu’il fait disparaitre une douleur qui nous faire souffrir, comme un remède contre une maladie, ou une formation pour améliorer sa situation financière.

Plus forte est la douleur à l’état initial et plus sommes-nous prêts à payer ou à tout donner pour passer à l’état final ou souhaité.

  • La méthode ou l’offre

C’est là qu’intervient l’entrepreneur. Son rôle sera alors de trouver une méthode, une solution ou une offre pouvant permettre aux personnes de passer de leur état de douleur ou non confortable à un état sans douleur ou plus confortable. Et c’est cette méthode ou offre qui représente l’idée pouvant donc permettre à l’entrepreneur de gagner de l’argent. Vous gagnerez encore mieux si vous êtes le seul ou le premier à proposer la méthode ou l’offre (en Anglais USP : Unique Selling Proposition) permettant à votre client de passer de l’état initial a l’état souhaité.

Alors si des idées vous manquent, regardez autour de vous et cherchez des problèmes que vous pouvez résoudre avec des méthodes et des offres que vous proposeriez. Ce processus à été bien décrit dans mon article intitulé: Erreur grave à éviter entrepreneuriat.

Mon petit résumé

Souvent nous sommes tellement obsédés par le désir de gagner de l’argent que les bonnes idées nous échappent. Le but ultime de l’entrepreneuriat ne doit pas être l’argent. Comme j’ai souvent l’habitude de le dire: Tout dépend de la question initiale.

Soit vous vous posez une mauvaise question, telle que: Comment puis-je gagner de l’argent?

Soit vous vous posez une bonne question, telle que: Comment puis-je augmenter ma valeur et trouver le groupe cible qui apprécie le plus mes valeurs?

C’est cela qui fait très souvent toute la différence.

Pour conclure, je me permets de partager avec vous cet extrait tiré de l’un de mes livres préférés sur l’entrepreneuriat « Kopf schlägt Kapital » en allemand dont la version anglaise est « Brain versus capital » du professeur et docteur en économie Günter Faltin.

« Les nouveaux champions du monde des affaires seront ceux qui ont des idées, même s’ils n’ont pas de capital. Les perdants seront les capitalistes sans idées. »

 

Merci d’avoir lu jusqu’à la fin.

La préparation et la rédaction de cet article m’ont pris un bout de temps…

La lecture jusqu’à la fin t’a couté cinq à dix minutes…

Un feedback en commentaire par contre nourrira les échanges et nous permettra tous d’élargir notre horizon…

PS: Si tu aimerais faire partie du groupe, comme beaucoup d’autres déjà, alors n’oublie surtout pas de t’abonner à notre page, pour recevoir les prochains articles, gratuit et directement dans ta boite email.

Notre adresse Facebook est la suivante:

https://www.facebook.com/Simon.Debade.Sharing/

Partager en un clic seulement
Catégories : Genéral

15 commentaires

GAHOU · 1. janvier 2020 à 21:51

J’ai lu votre message avec attention et j’en suis fier. pas besoin de financement pour démarrer car j’en suis d’accord.
Personnellement je suis étudiants en agronomie et vu les difficultés financière qui l’assaillent et afin d’être libre financièrement j’ai identifié 2 parcelles de 33m sur 16 m sur lesquelles je produit le piment rouge. Avec ma houe et mon coupe coupe en saison pluvieuse je prépare ce terrain pour y mettre le piment. J’ai fini par être amis avec un agriculteurs dont les semences produits de bons fruits pour pouvoir les avoir et de ce fait je crois que je n’ai pas eu besoin de trop de moyen financier. Mon seul problème c’est les aléas climatiques. Mais je ne me suis pas encore découragé. Je sais qu’en passant de la production du piment fruit nous pouvons passer à la production du piment en poudre et cela grâce à des machines. Je sais que ça doit marcher. Partir de rien pour entreprendre c’est bien possible.

    Simon · 2. janvier 2020 à 5:48

    Salut monsieur Gahou et merci pour votre commentaire très pertinent. Les efforts faits finissent toujours par payer. Je vous souhaite bon courage!

Sawadogo Niouga Andama · 4. janvier 2020 à 18:22

Vraiment édifiant. C’est ce qui manque à la jeunesse. Merci pour votre contribution d’avoir éclairé certaines personnes qui sont en attente de financement. Mieux vaut commencer avec le peu qu’on a au lieu d’attendre des décennies pour se créer des problèmes à la fin.

    Simon · 4. janvier 2020 à 20:27

    Merci pour votre commentaire. Je serai heureux si cela est mis en pratique.

Oumar L'ALFA · 4. janvier 2020 à 21:23

Ce partage me rappel une petite anecdote que j’ai vécu avant hier:
Vers 19h nous étions sortis dîner avec mon cousin, nous nous sommes rendus dans un de nos restos habituels. Arrivé sur les lieux, ils nous disent que notre plat qu’on a l’habitude de commander est fini. Nous allons dans un second restos, toujours rien. En rentrant sur la route nous remarquions un resto que nous connaissions à peine, mais nous entrons qu’en même malgré nous. Arriver sur les lieux, première remarque : aucun client. Alors que la salle était bien chaleureuse et les servantes nous accueils avec de beaux sourire et tout ce qui avec. Nous commandions et second remarque: ils offres de plats bien garnis et bien savoureuses. Le problème que je relève: ce restaurant manque de visibilité.
Le lendemain je retourne sur les lieux pour rencontrer le gérant. Arrivé je retrouve le monsieur et je lui propose de lui attirer plus de clients grâce à l’outil le plus puissant qui existe à nos jours: facebook. Le monsieur a accepté et actuellement je suis entrain de lui préparer une offres pour un rendez-vous qu’on s’était fixer lundi.

Pour conclure: L’entrepreneuriat ou l’idée d’entreprise n’est pas quelque chose qu’on doit chercher de midi à quatorze heure, il suffit juste d’être éveiller et regarder autours de soit et dénicher un problème auquel tu peux apporter de solutions et à toi les millions 🙂
Merci.

    Simon · 4. janvier 2020 à 22:53

    Oumar merci beaucoup à toi de partager cette anecdote avec nous. Je souhaite du succès au gérant du restaurant et à toi.

Depute Docto · 4. janvier 2020 à 21:55

Bonsoir Mr Simon . Jai retrouver plus de motivation en vous écoutant , et par la je peux comprend qu’il faudrais que nous travaillons avec passion et envie , nous ne devons pas avoir peur des chiffres quand il s’agit de financement , nous devons commencer petit moi pour espérer grand ..
Merci beaucoup et j’aimerais vraiment vous suivre

    Simon · 4. janvier 2020 à 22:54

    Merci pour ton commentaire.

Dem · 5. janvier 2020 à 8:47

Super article

Dieyna · 11. avril 2020 à 23:48

hyper motivant

    Simon · 12. avril 2020 à 13:32

    Dieyna merci pour ton commentaire.

Deux éléments qui empêchent le démarrage d’une activité entrepreneuriale – Le savoir-faire allemand en Afrique · 8. janvier 2020 à 16:37

[…] Cet article est un complément des notions évoquées dans mon article précèdent intitulé: Ce que j’ai retenu d’un séminaire sur l’entrepreneuriat. […]

Devenez entrepreneur et la réussite est programmée, illusion ou réalité – Le savoir-faire allemand en Afrique · 16. janvier 2020 à 6:53

[…] Un financement peut être vu comme une opportunité, mais pour la saisir, il nous faudrait d’abord être prêt, c’est à dire nous préparer préalablement. Un individu non préparé a souvent tendance à voir certaines opportunités comme des problèmes. Personnellement je dois beaucoup aux différentes formations que je continue de suivre, car elles me permettent entre autre d’acquérir de nouvelles notions, que j’ai toujours du plaisir à partager avec vous ici. […]

A savoir: Découvrez deux secrets des entrepreneurs à succès - Le savoir-faire allemand en Afrique · 15. février 2020 à 18:42

[…] Une bonne idée entrepreneuriale est la réponse ou solution à un besoin bien clairement identifié. Elle doit être non seulement claire et simple, mais surtout être adaptable à l’environnement et au marché approprié. Cela a été décrit en detail dans mon article intitulé: Ce que j’ai retenu d’un séminaire sur l’entrepreneuriat. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *