Partager en un clic seulement

Bonjour chers tous,

Pour beaucoup de personnes cela sonne cool et prestigieux de dire: je suis entrepreneur, ou bien je veux être entrepreneur. Sans prétention aucune de décevoir bon nombre de personnes, il est important de retenir que le titre « entrepreneur » seul ne suffit pas pour gagner de l’argent. La seule chose qui importe est le service ou le produit proposé qui découle de l’idée entrepreneuriale.

1) L’ étape initiale de l’entrepreneuriat

La première étape pour s’engager dans le domaine entrepreneurial est d’abord de savoir, ce que nous voulons offrir ou proposer aux potentiels clients. Quel problème voulons-nous résoudre pour notre communauté ou public cible? Cette question nous amènera alors à analyser si les compétences requises pour la résolution du dit problème sont disponibles. Si cela n’est pas encore le cas, une formation dans le domaine est avant tout indispensable.

La formation dont je parle ici est différente des notions théoriques, mais plutôt de l’application efficace et cohérente d’un savoir-faire. Une bonne formation combinée à l’expérience est la base de toute entreprise voulant avoir du succès et a plus de valeur qu’un financement. De ce fait je trouve plus profitable et avantageux d’investir son temps dans la formation, que de dire « j’attends un financement pour démarrer ou pour entreprendre ».

attendre

Notre savoir-faire est notre plus grand capital, contrairement à ce que beaucoup pensent. Je suis personnellement fasciné quand je vois ici en Allemagne des chefs d’entreprises sacrifiés leur weekend et leurs jours de repos pour des formations et séminaires. En voyant ces ainés, que je considère déjà comme des experts, je me rends compte du chemin qu’il me reste à faire.

Un constat très important est que les personnes qui réussissent apprennent tout au long de leur vie en ce qui concerne leur domaine d’activité. Ils ne s’arrêtent pas ni après leurs études universitaires, ni dès le début de leur carrière ni en étant chef d’entreprise.

Malheureusement nous ne voyons que les résultats qui découlent de ces efforts, ce qui nous faire croire qu’ils ont eu de la chance dans la vie. Ce qui n’est pas le cas. Pour avoir ce qu’ils ont, il faut être aussi prêt à faire comme eux. C’est-à-dire investir dans le savoir et le savoir-faire au lieu de toujours attendre un financement externe.

2) Le plus important c’est le financement ou le savoir-faire?

Un financement peut être vu comme une opportunité, mais pour la saisir, il nous faudrait d’abord être prêt, c’est à dire nous préparer préalablement. Un individu non préparé a souvent tendance à voir certaines opportunités comme des problèmes. Personnellement je dois beaucoup aux différentes formations que je continue de suivre, car elles me permettent entre autre d’acquérir de nouvelles notions, que j’ai toujours du plaisir à partager avec vous ici.

Cette approche peut être confirmée par la citation suivante de Henry Ford « Se préparer est avant tout le secret du succès ». Nous reconnaissons tous que, l’Afrique a des potentiels, mais pour que nous en profitions, il nous faudrait être prêt et s’acquérir des compétences dans des secteurs spécifiques. Les potentiels seuls ne suffisent pas pour le développement. Sans l’apport de ressources humaines et d’un savoir-faire, ces potentiels ne produiront pas de valeurs ajoutées.

Allemagne Cologne

L’une des grandes richesses de l’Allemagne est le savoir-faire de ses ressortissants dans plusieurs domaines, et nous en sommes aussi capable en Afrique, si la volonté y est. Seulement ceux qui sont prêts saisissent les opportunités tout en se servant des outils de l’entrepreneuriat pour atteindre leurs objectifs.

Les gens n’achètent pas notre titre (par exemple : entrepreneur) ou nos idées, mais plutôt le produit ou le service que nous offrons en appliquant notre savoir-faire pour la réalisation de ces idées. Beaucoup pensent malheureusement qu’il suffit de porter un titre pour avoir du succès, mais cela n’est pas le cas. Un soit-disant entrepreneur qui passe toutes ses journées sur les réseaux sociaux ou devant la télévision aura du mal à se faire des revenus.

Il est donc mieux d’investir ce temps perdu à se distraire plutôt dans des formations. Pour citer Benjamin Franklin « Un investissement dans le savoir paie toujours les meilleurs intérêts ». Ce que la plupart ignore est que l’argent, la belle voiture, la belle maison peuvent tous disparaitre, mais le savoir et le savoir-faire restent toujours. Déposséder un vrai riche (self made) de toute sa fortune et il reviendra dans quelques années encore plus riche, car il possède le savoir et le savoir-faire pour devenir riche. 

 

La préparation et la rédaction de cet article m’ont pris un bout de temps…

La lecture jusqu’à la fin t’a couté cinq à dix minutes…

Un feedback en commentaire par contre nourrira les échanges et nous permettra tous d’élargir notre horizon… (Laisse alors ton commentaire !)

PS: Si tu aimerais faire partie du groupe, comme beaucoup d’autres déjà, alors n’oublie surtout pas de t’abonner à notre page, pour recevoir les prochains articles, gratuit et directement dans ta boite email.

Notre adresse Facebook est la suivante:

https://www.facebook.com/Simon.Debade.Sharing/

Partager en un clic seulement
Catégories : Genéral

7 commentaires

YAO SOUNGALO · 8. mars 2020 à 10:41

Bonjour mon cher Simon merci beaucoup pour ce éveil de conscience des africains car en Afrique on place l’âge comme obstacle à la formation, or un entrepreneur sans formation n’est pas innovant ni créatif

    Simon · 8. mars 2020 à 14:16

    Merci Yao pour ton commentaire. Je reste optimiste et compte sur la génération montante pour un changement de paradigme.

Ouedraogo Hamado · 9. mars 2020 à 22:06

C’est avec un réel plaisir pour moi de lire cette information. Ça me motive davantage !!!!! Merci

    Simon · 10. mars 2020 à 5:18

    Bonjour Ouedraogo, je te remercie pour ton commentaire. Seuls le savoir accompagné d’un savoir-faire peuvent aider l’Afrique à valoriser ses potentiels. Alors le plus important est de passer à l’action.

joël · 17. mars 2020 à 16:49

merci pour cet éveil aux africains. Nous voulions toujours le développement, mais nous sommes ignorants de tout ce que peut nous amené à nous développer. Nous avons l’abitude de dire nous avons tous pour nous développer mais nous pestimistes pour apprendre. Une question se pose alors, comment mettre en valeur nos potentiels quand nous manquons le savoir-faire? Donc nous sommes obligés de se lancer dans des différents domaines pour le développement de notre continent. Encore une fois de plus merci pour L’éveil aux africains.

    Simon · 18. mars 2020 à 5:29

    Merci Joël pour ton commentaire, je suis de ton avis. Je reste quand même optimiste, car je remarque chaque jour bon nombre de jeunes africains, qui se battent pour le développement de notre cher continent l’Afrique.

Les diplômes seuls peuvent-ils aider au développement de nos pays africains ? - Le savoir-faire allemand en Afrique · 19. mars 2020 à 7:13

[…] que nous vivons dans beaucoup de pays africains. Comme expliqué dans mon article intitulé «Entrepreneur, juste un titre ou un savoir-faire», les titres nous servent très […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *