Partager en un clic seulement

Bonjour chers tous,

Malheureusement, c’est dans les périodes tragiques, que nous nous rendons compte de quoi nous avons vraiment besoin.

Dans un de mes articles précédents intitulé : « La solution aux problèmes africains : La digitalisation ? », je démontrais à l’aide de la pyramide de Maslow, que l’Afrique devrait faire face à ses propres problèmes et non copier l’occident.

En effet, il nous faudra régler d’abord les problèmes d’autosuffisance alimentaire et de santé avant de penser aux nouvelles technologies.

Retour à la réalité

En cette période où le monde traverse l’une de ses plus dangereuses pandémies, la véracité de mon affirmation ci-dessus se justifie une fois encore. Dans une situation où chaque pays pense en premier lieu à ses ressortissants, il serait difficile d’attendre de l’aide de l’extérieur.

Dans la plupart des pays européens comme l’Allemagne, la France, l’Italie, les citoyens sont appelés à rester chez eux. Certains de ces pays ont même opté pour le confinement, afin d’empêcher la dissémination du coronavirus.

Pouvons-nous imaginer le confinement en Afrique ?

Simon DebadeDans un continent où la plupart des gens vivent au jour le jour, comment pourront-ils survivre plusieurs jours enfermés. Beaucoup d’africains se retrouvent face à un dilemme ; Eviter la propagation du virus et rester chez soi, ou continuer de se battre pour le gagne-pain journalier. Que feront les bonnes dames de nos marchés, qui ont besoin des ventes quotidiennes, afin de nourrir leurs familles ? Que feront la majorité des personnes actives dans le secteur informel, qui ont besoin du gain journalier pour survivre ? Ces mesures, bien qu’indispensables sont difficiles à adopter en Afrique, sans mesures d’accompagnement.

Le confinement implique que chaque personne ou famille dispose d’assez de vivres, qui lui permettront de gérer la période de confinement, ou la possibilité de s’approvisionner sans problème en denrées alimentaires.  Combien de personnes en Afrique ont la possibilité de s’offrir des ravitaillements sur plusieurs jours, voire semaines ?

Dans un continent où la plupart des produits de premières nécessités tels que le lait, la viande, le riz sont toujours importés, combien de temps pouvons-nous résister à cette crise ? Il est indispensable que les pays qui nous livrent ces produits de premières nécessités aient toujours la possibilité de le faire.

Comment allons-nous nous en sortir ?

Comment allons-nous faire si tous ces bateaux qui transportent  chaque jour des milliers de conteneurs remplis de produits de premières nécessités vers l’Afrique n’arrivent plus à se déplacer ?

Ces dernières années tout le monde entier, l’Afrique y compris parle de digitalisation, de technologie, d’innovation, de Blockchain, de Crypto monnaie, d’intelligence artificielle etc. Soyons sérieux, pensez-vous que ces termes ont à l’heure actuelle l’importance qu’ils avaient ? Je crois que non, et cela est prouvé par les mesures mises en place dans plusieurs pays pour réduire la propagation du virus.

Ici en Allemagne par exemple, et idem pour les autres pays européens,  la plupart des entreprises ont fermé leurs portes ou font du télétravail. Seules les structures intervenants dans la production ou la livraison des produits alimentaires et les structures hospitalières ou sanitaires ont le droit d’ouvrir leurs portes.

Se nourrir et se soigner ; les bases de tout développement

fruits et légumesPouvons-nous prendre ces mesures en Afrique? Où le secteur agricole et le secteur agroalimentaire sont laissés pour compte ? Où tout le monde veut être politiciens, fonctionnaires ou commerçants ? Notre système sanitaire est-il capable de faire face à une telle pandémie ? En cette période de coronavirus, peu de gens pensent aux débats politiques, au changement du franc CFA, aux Crypto monnaies ou à l’intelligence artificielle. La technologie et les débats inutiles ont laissé place aux valeurs humaines.

L’Allemagne étant l’un des grands producteurs et exportateurs de produits agroalimentaires ne se soucie pas de la pénurie en denrées alimentaires. La chancelière Angela Merkel et les autorités allemandes ne cessent de rassurer, en cette période de crise, leurs ressortissants sur la disponibilité des produits de premières nécessités. Egalement dans le domaine de la santé, les allemands ont encore le contrôle de la situation et vont même à l’aide aux pays comme l’Italie, où le virus semble être malheureusement incontrôlable.

Des exemples qui démontrent une fois encore la puissance de l’Allemagne et confirment qu’ils se sont préparés à de telles éventualités. Et c’est justement cela, mon grand souhait pour nos pays africains. Au lieu de suivre et de copier les sujets en vogue dans les pays développés concentrons-nous d’abord sur nos propres problèmes.

Si ces pays, déjà développés,  accordent beaucoup d’importance aux nouvelles technologies, c’est parce qu’ils ont déjà passé le cap de l’autosuffisance alimentaire et de l’industrialisation. Ce qui n’est pas malheureusement encore le cas dans bon nombre de pays africains.

De vraies solutions au lieu des débats sans résultats

panneau solaire photovoltaique en Afrique

Nous perdons très souvent trop de temps sur des débats, qui finalement ne nous rapportent pas grande chose. Je prends pour exemple, l’énergie investie sur les sujets comme le changement du franc CFA. En faisant référence à mon article « Franc CFA ou Eco, est-ce vraiment la solution aux problèmes actuels ? », on se rend aujourd’hui compte, que nos réels problèmes se situent ailleurs. Que cela soit le franc CFA ou Eco, si nous ne produisons pas, la devise utilisée importe peu, surtout en cette période de pandémie.

Nous sommes si fiers de notre indépendance, mais en cas de problème ou de tragédie nous voulons avoir de l’aide, des mêmes personnes que nous combattons ou critiquons.

Essayons de changer le système par notre façon de voir les choses.

Produisons d’abord ce que nous consommons et ayons la capacité de nous soigner en cas de maladie ou de nous prendre en charge en cas de telle pandémie, avant de parler de Crypto monnaie ou d’aller sur la lune. J’espère que la situation actuelle nous servira de catalyseur pour un changement de paradigme. Le changement est toujours possible et dépendra de nous-mêmes, comme le résume si bien la citation suivante : «  Le meilleur moment pour planter un arbre était il y a 20 ans. Le deuxième meilleur moment est aujourd’hui  ».

Espérons tous que l’Afrique ne subisse pas le même sort que certains pays occidentaux, dans lesquels le virus a déjà atteint un niveau presque incontrôlable. Pour ce faire, il est important de ne pas banaliser la situation, mais de suivre correctement les consignes données, afin d’empêcher l’expansion du virus. Et si vous êtes croyant, priez.

Portez-vous bien et prenez soin de vous.

 

Merci d’avoir lu jusqu’à la fin.

La préparation et la rédaction de cet article m’ont pris un bout de temps…

La lecture jusqu’à la fin t’a couté cinq à dix minutes…

Un feedback en commentaire par contre nourrira les échanges et nous permettra tous d’élargir notre horizon…

PS: Si tu aimerais faire partie du groupe, comme beaucoup d’autres déjà, alors n’oublie surtout pas de t’abonner à notre page, pour recevoir les prochains articles, gratuit et directement dans ta boite email.

Notre adresse Facebook est la suivante:

https://www.facebook.com/Simon.Debade.Sharing/

 

Partager en un clic seulement
Catégories : Genéral

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *